Fr:A quoi peut bien servir la loge maçonnique ?

From Freimaurer-Wiki

Traités.jpg

Logo2Appell.jpg

A quoi peut bien servir la loge maçonnique ?

A quoi peut bien servir la loge maçonnique ?

Publié dans La Chaîne d'Union, Paris, n 2 / 1997 puis dans le numéro spécial en anglais 2 / 2002.

La question semble saugrenue. Elle pourrait paraître ironique, sceptique ou désemparée. Pourtant chacun de nous se l'est posée un jour et se la repose sans doute de temps en temps. Théoriquement il suffit de se tourner vers les rituels, réfléchir sur ce qui nous environne pendant nos travaux, observer nos comportements pour comprendre. La réponse s'y trouve et elle est convaincante.

Mais, justement, les rituels, le Temple, nos attitudes et gestes sont des langages et les langages doivent s'apprendre pour être compris. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, cet apprentissage doit être permanent. Une langue qu'on a assimilée mais dont on ne se sert pas assez souvent est vite oubliée. Je devrais ajouter « dont on ne sert pas assez souvent activement » car il ne suffit pas, par exemple, d'allumer la radio et de laisser couler le flot de paroles anglaises, allemandes, russes etc., en pensant à autre chose, sans essayer de comprendre, sans raisonner dans la langue elle-même.

Ainsi n'est-il pas inutile de revenir de temps à autre à « l'alphabet » même de nos différents langages maçonniques, de raviver notre « vocabulaire », d'expliciter les « règles de grammaire ». Je parle des langages au pluriel puisqu'il y en a au moins trois: la langue de notre corps (l'apprentissage initiatique passe par l'action physique, donc par des attitudes et des comportements), la langue d'emblèmes, d'allégories et de symboles (qui s'adresse à notre intuition, notre imagination et nos sentiments), et enfin la langue des mots, structurée suivant les règles rationnelles, admises par tous (destinée à notre raison).

Pour nous remémorer et mieux comprendre à quoi sert une loge maçonnique, il nous faut nous rappeler ce qu'est un Temple et une assemblée des maçons.

Un Temple maçonnique est une représentation de l'univers. Le soleil, la lune, les étoiles au firmament, l'allusion à la terre par le biais de la pierre brute, des "métaux" que nous laissons sur les parvis, du fil à plomb, suspendu au-dessus du tapis de la loge, des références aux quatre points cardinaux etc. sont là pour nous y faire penser constamment. C'est un univers clos, coupé de tous les autres. Il n'y a pas de fenêtre ou, s'il y en a une, comme par exemple sur le tapis de la loge, elle est fermée. Cette séparation a son sens que je mentionnerai plus loin.

Un Temple maçonnique est en même temps une représentation de la société humaine. En effet, le Temple n'est pas seulement l'espace aménagé qui nous entoure mais aussi l'ensemble des Frères qui le peuplent. Les rituels nous rappellent à chaque tenue que le mouvement maçonnique a été créé pour réunir tous les hommes de valeur sans aucune discrimination de race, de condition ou de conviction et préfigurer ainsi une humanité nouvelle, harmonieuse, réunie dans la fraternité. Et la structure de la Loge avec ses chefs, surveillants et ouvriers s'inspire de la manière dont sont organisées toutes les sociétés humaines.

Un Atelier maçonnique est hiérarchisé comme les sociétés profanes et en même temps véhicule les idéaux de la liberté pour tous, de l'égalité et de la fraternité. Cela pourrait paraître contradictoire. Les dignitaires de la Loge disposent de certains pouvoirs et tous les Frères leur doivent respect : ce n'est pas par hasard que le Vénérable Maître vouvoie ses officiers. Cependant, nous pouvons tous parler avec la liberté absolue à chaque Frère indépendamment de sa charge ou de toutes autres critères. Cette égalité qui ne tient aucun compte de la diversité de nos situations sociales ou maçonniques, est symbolisée par le droit de porter une épée . (Faut-il rappeler qu'à l'époque où, dans le monde profane, seuls les aristocrates avaient le droit d'être armés ainsi, en loge ils le partageaient volontiers avec tous les Frères) .

Kamir_Pavel_11 Kamir Pavel Un Temple maçonnique est également une représentation de chacun de nous puisque en tant qu'hommes nous sommes non seulement une parcelle de l'univers et une partie de l'humanité mais aussi un univers entier à nous tout seuls. En affirmant que l'homme est un univers, je pense, évidemment, au fait que chacun de nous est composé de milliards de gênes, cellules, neurones, que chacun de nous abrite d'innombrables être vivants et que toute cette diversité, comparable à la diversité de l'humanité ou de la terre avec tout ce qu'elle porte et nourrit, est parfaitement organisée.

Le Temple est donc à la foi la représentation de l'univers, de l'humanité et de l'homme, un rappel puissant de notre rattachement aux autres et de liens qui nous unissent à la terre et aux mondes au-delà de notre planète.

Une autre particularité du Temple maçonnique est le fait de symboliser l' univers, l'humanité et l'homme de tout temps, donc hors du temps.

Le temps y existe, le soleil se lève, avance sur son chemin et se couche... mais ce temps est circulaire comme nos déambulations pendant les travaux. Son déroulement immuable englobe à chaque instant toute l'histoire de l'univers, inclue le passé et le présent de l'ensemble des sociétés humaines et nous rappelle la totalité de notre histoire personnelle dès le premier jusqu'au dernier instant.

Les objets qui nous entourent sont hétéroclites par leur lieu et l'époque d'origine. Cette hétérogénéité est voulue et significative. Nos comportements renvoient, eux aussi, aux différentes civilisations passées ou présentes. Enfin, les textes rituelles s'inspirent aux même sources variées. Ainsi sommes-nous à la fois dans l'Egypte ancienne, à Jérusalem, dans la Bible juive, catholique et protestante, par moment même aux Indes ou en Chine, nous vivons simultanément au Moyen-Age, à l' époque des Lumières et pendant la Révolution française sans oublier notre monde actuel qui, lui aussi, imprime ses traces dans nos rites et règles.

Au Temple maçonnique, au sein des Frères de notre Respectable atelier, nous nous trouvons donc en dehors du temps et de l'espace. Pourtant, nous ne fuyons pas le monde. Au contraire, le Temple, ce « modèle réduit », nous permet de mieux comprendre l'homme, l'humanité et l'univers où nous vivons. Et la plupart de nous est venue à la maçonnerie pour trouver un levier qui nous permettrait de mieux servir l'homme et la société. Mais comment agir sur le monde en se retranchant de lui? Ce paradoxe - qui n'est qu'apparent - nous tarabuste souvent pendant les premières années après notre initiation. Il nous assaille de nouveau chaque fois quand nous-mêmes ou notre Loge oublions par trop la nature et les possibilités des outils à notre disposition et attendons de la maçonnerie autre chose que ce qu'elle peut fournir. Il nous tourmente surtout quand la société profane traverse des crises aiguës et nous avons l'impression d'être désespérément impuissants. Mais il ne faut pas oublier que parfois il est nécessaire de reculer pour mieux sauter. A quoi eut bien servir la loge maçonnique? Tout d'abord, en nous permettant de nous éloigner de nos préoccupations quotidiennes, de nous détacher du monde profane, de nous libérer. Venir en loge aide à retrouver l'équilibre, se rapprocher de la sérénité, c'est un acte d' hygiène mentale.

Mais, surtout, la maçonnerie nous offre une excellente occasion de goûter à la diversité humaine et de nous enrichir par elle. Nous nous y rouvrons à l'apprentissage, c'est une espèce d' université pour adultes. Par ses symboles, ses rituels et aussi, bien sûr, grâce aux planches des Frères nous comprenons mieux notre passé, présent et nos perspectives, aussi bien individuels que collectifs. Nous y apprenons à relativiser les choses et à trouver notre place au sein de la communauté humaine. (En cette matière, la Loge peut nous être particulièrement utile. Comprendre notre valeur part rapport à celle des autres n'est pas facile: En tant qu'enfant, nous représentons le « tout » pour nos proches puis, en grandissant, nous passons brutalement du « centre de l'univers » à sa marge la plus éloignée, de la chaleur au froid, de la mer d'amour au pays inhospitalier d'indifférence. L'adolescence est douloureuse en grande partie à cause de cela. La Franc-maçonnerie nous aide à apprendre à «aimer les autres et soi-même» - comme nos rituels nous le rappellent à chaque Tenue.) Enfin, elle nous incite à admettre que les hommes sont frères, malgré toutes leurs insuffisances et faiblesses. et développe notre aptitude à être solidaires avec eux. Tout cet apprentissage passe non seulement par notre raison mais aussi par notre corps au point de devenir un ensemble de réflexes. Ce n'est pas pour rien que l'on dit pouvoir reconnaître les Francs-Maçons d'après leur comportement, par exemple en observant leur manière d'écouter les autres hommes.

A partir de là, nous sommes prêts à oeuvrer ensemble, malgré - et surtout grâce à notre incroyable diversité. Nous n'avons plus besoin de gaspiller nos forces en méprisant ceux qui pensent autrement. Nous ne sommes plus tentés de combattre leurs idées mais prêts à défendre les nôtres, tout en les sachant relatives. Nous devenons donc ouverts à la discussion, capables de chercher un consensus puis participer à la construction du Temple universel. Ce n'est pas pour rien qu'on appelle la Franc-Maçonnerie « l'école de la démocratie ». La démocratie est à la base du fonctionnement de la Loge et, par conséquent, elle fournit la possibilité de son étude pratique, de sa compréhension et de son assimilation. En participant aux travaux d'une loge, on comprend mieux les structures de la démocratie, la spécificité de ses « luttes » pour le pouvoir, ses faiblesses et forces, les deux résultant de la diversité des hommes et de la nature humaine qui ne paraît pas prédestinée à cette forme d'organisation sociale... Malgré cela, la démocratie semble toujours encore être « le pire des systèmes à l'exception de tous les autres », comme disait Churchill.

Conçue ainsi, la loge maçonnique devient un laboratoire d'idées sur l'homme et sa place au monde, voire dans l'univers. Sans contraintes de productivité ou d'autres, elle est un lieu de recherche fondamentale. Chacun y fait sa propre recherche et s'enrichit de celle des Frères. Cependant, la Loge oeuvre aussi collectivement, seule ou avec d'autres Loges, voire l'ensemble de l'Obédience, et examine des problèmes philosophiques, éthiques ou sociaux qui lui semblent particulièrement préoccupants. Ainsi les unes se consacrent-elles à la quête métaphysique, d'autres à la recherche scientifique, d'autres encore à la question de la justice etc. (A propos, la multiplicité d'Obédiences augmente encore la multitude de sujets que les Loges maçonniques peuvent traiter et le nombre de méthodes utilisables dans ces recherches. Le problème n'est donc pas de réduire le nombre d'Obédiences mais d'améliorer les relations, les échanges, la collaboration entre elles...) Dans tous ces domaines, elle a un avantage sur les scientifiques qui traitent des mêmes sujets dans des laboratoires et autres « chercheurs » professionnels. Même si la Loge est un « laboratoire » moins spécialisé, la diversité extraordinaire des connaissances et du vécu de ses membres lui permettent non seulement de rechercher de nouvelles solutions mais, en même temps, de tester leur validité et prévoir les réactions que ses propositions novatrices pourraient provoquer dans la société profane. Ainsi, tout en enrichissant chacun de nous, la loge maçonnique nous prépare à l'action dans la cité et met à la disposition de cette dernière les résultats de ses travaux.

Après avoir bien assimilé la nature de la loge et les « techniques » qu'elle utilise - et à partir de ce moment seulement, nous pouvons sortir de notre isolement, revenir à la société profane et lui être plus utiles que nous n'aurions été sans la Franc-maçonnerie. Il est rare que nous nous y manifestions en tant que loge ou Obédience - les circonstances où nous pouvons le faire avec efficacité ne se présentent qu'exceptionnellement. La maçonnerie n'a pas été conçue pour s'immiscer dans la gestion de la cité et n'est pas bien équipée pour le faire. Mais même si au dehors du Temple nous oeuvrons individuellement, nous ne sommes plus seuls.

C'est en cela que la Franc-maçonnerie représente une force.


Peter Bu

NB.: L'article contient implicitement qu'il s'agit, aussi, de la recherche métaphysique, sinon pour tous, au moins pour certains maçons. Mais ce n'est pas exprimé avec assez de clarté.

Voir aussi